Ventilation

Ventilation double flux

La ventilation double flux consiste à mettre en oeuvre deux réseaux de ventilation dans un bâtiment :

  • Un réseau d'extraction d'air vicié connecté aux bouches d'extraction dans les locaux de services (sanitaires, cuisine, salle de bain, etc...)
  • Un réseau de soufflage d'air neuf connecté aux bouches d'insufflation situées dans les pièces principales (séjour, chambres, bureaux, salon, etc...)

Ces deux flux d'air sont acheminés par des gaines dans un caisson de ventilation double flux qui va échanger les calories entre l'air extrait à la température ambiante (20°C) et l'air neuf puisé à l'extérieur et potentiellement froid. L'échange de calories se fait au travers d'un échangeur thermique qui préserve l'étanchéité entre les deux flux d'air pour éviter tout risque de pollution du réseau de soufflage.

Ce système nécessite une mise en oeuvre par des professionnels et son coût est très nettement supérieur à une ventilation simple flux encore trop souvent installée dans les nouvelles constructions. Ce système est pourtant le seul capable de délivrer la quantité d'air neuf suffisante pour préserver la qualité d'air de votre intérieur et vous assurer que l'air que vous respirez à l'intérieur du bâtiment n'est pas plus pollué que l'air extérieur comme c'est le cas avec une ventilation simple flux.

Puits canadien aéraulique ou hydraulique

Un puits canadien est une gaine enfouie sous la terre à proximité ou en périphérie de votre bâtiment permettant de tempérer l'air neuf avant introduction dans le logement. Il est souvent couplé à une ventilation double flux et permet d'accroitre les performances énergétiques en hiver, d'améliorer le confort d'été en pré rafraichissant l'air neuf, et de supprimer les dispositifs d'antigel électrique de la ventilation double flux qui peuvent plomber la performance annoncée d'une ventilation double flux.


Le puits canadien peut aussi se décliner en version hydraulique au moyen d'un tube enterré dans le sol. Il est alors moins encombrant, moins couteux et ne craint par les mouvements de terrain et les risques de rétention d'eau en gaine (risques sanitaires).

Refroidissement adiabatique

Le refroidissement adiabatique est une technique de rafraichissement assez peu connue et pourtant très intéressante. Elle n'est pas aussi efficace qu'une vraie climatisation mais présente pourtant un gros avantage : Elle ne consomme que très peu d'électricité, car fonctionnant avec de l'eau. Son principe consiste à utiliser le refroidissement latent issu de l'évaporation de l'eau pour refroidir un flux d'air. Il s'agit du même phénomène selon lequel vous vous sentez rafraichi par une brise en sortant d'une baignade dans une eau à 25°C. Le vent favorise l'évaporation de l'eau qui pour ce faire puise des calories dans le milieu sur lequel elle est stockée. En prélevant ces calories, le support est ainsi rafraichi...

Ventilation naturelle nocturne ("free-cooling")

La ventilation nocturne, communément appelé dans le métier "free-cooling" consiste simplement à insuffler de l'air extérieur relativement frais dans un bâtiment dont la température ambiante est relativement chaude. Il ne s'agit là que d'un simple système de ventilation associé à une régulation qui compare la température intérieure avec la température extérieure, afin de déterminer à quel moment il est utile d'enclencher cette ventilation. La plupart des ventilations double flux intègre cette fonction de free-cooling. Mais vous avez également la possibilité de réaliser efficacement vous-même cette ventilation nocturne en ouvrant vos fenêtres durant les nuits d'été...